La marque Petit Bateau crée la polémique avec une gamme de vêtements pour bébé anti-ondes !

vetement-bebe-anti-onde-petit-bateau

La marque pour enfants Petit Bateau a récemment suscité une polémique sur la toile suite à l’annonce de la création d’une gamme de vêtements anti-ondes.

Face aux inquiétudes croissantes vis-à-vis des ondes électromagnétiques, certaines marques proposent des vêtements anti-ondes censées protéger leurs porteurs. C’est notamment le cas de la marque de vêtements pour enfants Petit Bateau, qui a annoncé la commercialisation d’une couverture et d’un bonnet anti-ondes pour les nouveaux-nés. Une annonce qui n’a pas manqué de susciter la polémique et qui est loin de faire l’unanimité.

Sur Twitter, une étudiante lyonnaise à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique a interpellé la marque : “ça va la pseudo science, ça rapporte bien? Le wifi est nocif, ah bon? Et votre couverture est censée protéger, où faire flipper des jeunes parents ?”

 

Pour l’internaute, il est évident que ces allégations “anti-ondes” sont mensongères, ou en tout cas impliquent que les ondes électromagnétiques représentent un réel danger pour la santé, alors que les études scientifiques à ce sujet sont contradictoires.

Conçus avec du fil d’argent, la plupart des vêtements et couvertures anti-ondes revendiquent un blocage de 99% des ondes. Petit Bateau précise de son côté que “le périmètre d’efficacité de [ses] produits est mesurée sur les ondes de 800MHz à 5,8 GHz (fréquences incluant wifi et smartphones)”.

Par tweets interposés, la marque a fourni sa réponse aux sceptiques qui jugent cet argument marketing plus que douteux : “Ces dix dernières années, avec le développement des téléphones portables, des ordinateurs, et autres appareils électroniques, des études montrent que l’exposition quotidienne aux ondes notamment durant la grossesse et la petite enfance pourrait avoir un impact sur le développement de l’enfant. De plus, de nombreuses études démontrent que les tissus des cerveaux des enfants sont plus absorbants que ceux des adultes du fait de leurs crânes plus fins, ils sont donc plus vulnérables. (Principe de précaution). Nous proposons une solution aux personnes désirant appliquer les principes de précaution (recommandation ANSES)”.

Reste que l’achat de vêtements anti-ondes est un poids de plus dans le budget des jeunes parents et peut donc faire culpabiliser ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir ces “protections”. D’autant que l’achat de ce genre de vêtements peut pousser à croire que l’enfant est complètement protégé et qu’on peut donc allègrement se servir de wifi et smartphones près de lui sans danger. La prévention passe aussi par le fait d’éloigner les enfants des smartphones, de la wifi et autres appareils électroniques. Une bonne occasion de pratiquer la “digitale détox” !

Article publié par Santé Magazine le 01/07/2019